Sechseläuten : histoire

Chaque avril, les corporations de Zurich fêtent le Sechseläuten. Mais d’où vient cette coutume ?

La tradition de la fête remonte au XVIe siècle. Le conseil de Zurich, se composant à l’époque uniquement de membres des différentes corporations zurichoises, décida que les journées de travail termineraient une heure plus tard en été qu’en hiver. A cause des conditions lumineuses, les journées de travail hivernales duraient seulement jusqu’à 17h. En été, les cloches annoncèrent désormais la fin du travail une heure plus tard, à 18h.

Pour marquer le début du printemps, le lundi qui suivait l’équinoxe, la deuxième plus grande cloche de l’église Grossmünster sonnait donc ponctuellement à 18h. Ainsi le début du printemps fut, depuis, fixé et fêté par les zurichois de la même manière. C’est aussi pour cette raison que le nom de la fête, traduit littéralement « carillon de six heures », est identique depuis le XVIe siècle.

Bon à savoir : De nos jours, le Sechseläuten ne se célèbre plus le lundi qui suit l’équinoxe du printemps. En 1952, on décida que la fête aurait toujours lieu le troisième lundi d’avril. Exception : Si le troisième lundi coïncide avec une semaine sainte, le Sechseläuten se fête le deuxième lundi d’avril.